Back to Top
 

Li Baumgartner, Présidente de la commission FSFM du brevet fédéral

en maquillage, en coiffures, en lunetterie, en accessoires, en chaussures, en tissus, en impressions de textiles, en confection, en conseils des différents corps morphologiques, en relooking, en styles de vêtements pour dames et pour hommes, en vente en en conseils, etc. Il fallait donc persuader les chefs du SEFRI que nous étions capable d'amener les étudiants en peu de temps à des connaissances avancées. Je ne me souviens plus du nombre de séances que j'ai eu avec toutes les administrations et leur personnel. Le tout a commencé avec le chef du SEFRI qui a accepté notre demande. Ensuite, la FSFM a été rajouté à un regroupement professionnel et une personne spécialisée était chargée dès lors de notre dossier. Par la suite, il fallait que je remplisse une grande quantité de documents et de requêtes pour prouver à cette deuxième instance que nous étions capables de mettre sur pied cet examen. En dehors de cela il y avait une quantité de problèmes à résoudre, la liste était longue. Il était même nécessaire de contacter un service juridique. Ensuite il y avait le règlement et les directives à rédiger, un défi pour nous et un travail délicat. Il ne restait pas beaucoup de temps. Aussi, la responsabilité était pesante car ce n'était qu'après le premier parcours d'examen que je savais si le règlement était réaliste ou non. S'il ne l'avait pas été nous aurions dû recommencer à zéro. Je n'avais pas envie d'y songer. Même aujourd'hui, je suis reconnaissante et même un peu fière du fait que nous étions capable d'y arriver et que les règlements sont toujours valables.

En effet, tu peux être fière de toi et la FSFM est très reconnaissante. Qu'est-ce qui t'as motivé à perséverer ce parcours ?

D'une part c'est ma personnalité d'aller jusqu'au bout des choses. De plus, il y avait deux choses qui m'ont motivées. J'étais souvent confrontées à des remarques tellement fausses par rapport à notre profession et j'ai dû constater que bien des conseillères/ers ne fournissaient pas un travail convenable. J'ai donc cherché un moyen pour y faire face et à améliorer la qualité de notre profession. Pour moi, il a été très important que notre profession obtienne une image plus sérieuse.

Comment cette commission d'examen fonctionne-t-elle ?

Nous sommes 5 membres, 4 de la FSFM et 1 de la SIF. Nous sommes une équipe bien rodée. A chaque fois, je me réjouis de passer les deux journées d'examen ensemble, des journées certes très chargées. Et bien entendu, je me réjouis pour chaque personne ayant réussi le brevet. Les membres de la commission d'examen ont eux-mêmes réussi le brevet fédéral. Lorsqu'il y a une personne à remplacer, nous réfléchissons au sein de la commission quelle serait la personne la plus capable à remplir cette tâche et qui s'intègre bien dans la commission. Ensuite, nous contactons la personne et la proposons soit à la FSFM, soit à la SIF.

Est-ce qu'il te reste du temps libre, à côté de ta profession d'enseignante et de ta passion pour la FSFM pour avoir d'autres activités ?

Oui en effet, regarde sur mon site Internet www.ausser-gewoehnli.ch et tu te rendras compte de mes activités. Par exemple : bricoler des cadeaux de Noël avec des enfants, organiser des anniversaires d'enfants, fabriquer des cadeaux, organiser des évènements ou des apéros, etc. Ensuite, je fais des conseils en couleurs et en styles de mode, je donne des séminaires à des entreprises et à des boutiques de mode. Mes journées sont bien remplies et mes activités très variées, ce qui me convient parfaitement...

Merci pour cet entretien et tous nos voeux pour l'avenir !

P.S. Pour de plus amples informations concernant le brevet fédéral, allez-vous renseigner en cliquant ici !

La formation en image, couleurs et styles de mode ...
Mme Braendli, directrice ASEPIB

Articles en relation

 

Commentaires

Pas encore de commentaire
Guest
dimanche 19 novembre 2017