Back to Top
 

Jubilé: 10 ans de couleurs et styles de mode

b2ap3_thumbnail_sg120712_0321_20150520-161502_1.jpgNicole Veser est membre FSFM de longue date et elle en était la présidente également. C'est en mai, donc maintenant, qu'elle fête avec son mari les 10 ans de leur entreprise commune en style et couleurs et en savoir-vivre. Ils ont beaucoup de succès et c'est très remarquable. C'est la raison pour laquelle je voulais savoir comment ils ont fait pour y arriver. Voici l'entretien très encourageant:

Nicole Veser, raconte-nous ton parcours professionnel.
J'ai fait des études de marketing à l'université de Dusseldorf. Après avoir déménagé en Suisse, j'ai également suivi une formation de spécialiste en marketing, afin de connaître le marché Suisse.

Qu'est-ce qui t'a fait suivre une formation en image, couleurs et styles de mode?
Etant responsable en marketing d'entreprise, je souhaitais que les vendeurs aux expositions soient habillés de manière identique, ce que l'on appelle un concept de corporate fashion.


Mais les offres que je reçus des différentes entreprises étaient extrêmement différentes les unes des autres. De plus, j'ai dû reconnaître que malgré ma formation en marketing et en publicité il ne m'était pas possible de prendre une décision cohérente concernant le choix de la meilleure offre. C'est la raison pour laquelle j'ai commencé à envisager une formation spécialisée dans ce domaine.

Où est-ce que tu as effectué la formation?
J'en ai fait plusieures en Allemagne et en Autriche et ces expériences me sont très utiles. Ensuite j'ai suivi la formation auprès de la FSFM et c'était de loin la meilleure. Dans mes conseils je ne suis que ce concept de formation, car c'est le plus concret et il s'applique extrêmement bien auprès de la clientèle qui en est très satisfaite.

Comment se faisait-t-il que tu abandonnes un poste de cadre pour te mettre à ton compte?
Plus je m'approchait du sujet des vêtements, du style et de la compétence ou non qu'ils peuvent dégager, plus j'ai découvert combien ce vaste sujet est complexe dans le corporate branding. La goutte d'eau qui me faisait prendre la décision de me mettre à mon compte c'était lorsque les chefs en marketing de plusieures entreprises ont demandé mon support dans ce domaine pour leur présence aux expositions.

Ensuite, même ton mari s'est mis à son compte et depuis vous travaillez ensemble en qualité de coach dans le domaine du comportement dans le monde des affaires. Et les finances, au début?
En général, au début on gagne moins d'argent qu'avant. Si quelqu'un souhaite se mettre à son compte sans avoir un soutien financier de la part des parents ou autre, il est judicieux d'avoir quelques économies. Il est bien clair qu'il est plus facile de gérer un budget lorsqu'il y a deux revenus fixes au lieu d'un revenu instable. C'était ainsi chez nous mais cela nous a motivé, aussi, de vraiment vouloir foncer.

A présent, vous êtes très connus et vous avez beaucoup de succès. Votre spécialité ce sont les séminaires pour entreprises. Vous travaillez avec une équipe de collaborateurs et ceci dans plusieures langues. Quelle est votre formule qui vous a amené là, que conseillez-vous aux débutants?
Notre formule c'est d'effectuer notre travail avec beaucoup de plaisir et d'avoir la certitude de le faire à notre manière. La personne qui se met à son compte a intérêt de suivre ses propres valeurs et ses propres expériences. Le fait de copier une stratégie ou quelqu'un d'autre ne marche en général pas. Notre crédo c'est de nous perfectionner et de nous adapter aux changements de la société et ceci sans cesse et de faire les choses auxquelles nous croyons nous-mêmes.

Que recommandez-vous aux nouveaux:
Se mettre à son compte signifie qu'il est nécessaire de travailler beaucoup plus qu'un employé et ceci tous les jours ouvrables. Sinon on n'avance que lentement. Au début, il faut y croire fermement et il faut beaucoup de volonté, de la persévérence, même s'il y a des échecs. C'est comme le paysan qui sème d'abord et beaucoup plus que ce qu'il va récolter plus tard. Afin de ne pas se décourager il faut être à 100% persuadé de ce que l'on fait. Et des connaissances au moins de base en gestion d'entreprise sont nécessaires. Par ailleurs, il est nécessaire de se fixer des buts réalistes et de s'y tenir sans bouger d'un centimètre. Et, dernier conseil: contactez au moins un nouveau client par jour ouvrable.

Qu'est-ce qui vous inspire?
Notre inspiration la plus importante ce sont les entreprises que nous avons eu la joie de connaître au courant de notre activité, leur feu sans limites pour leurs activités nous a profondément touché. Bien entendu il est nécessaire d'avoir une bonne formation de base pour avoir du succès professionnel. Néanmoins, il nous semble tout aussi important d'être engagé et d'avoir une euphorie pour ce que l'on fait. C'est selon Augustinus de Hippo, un philosophe romain: Ce n'est que celui qui brûle lui-même qui est capable d'allumer le feu dans les autres. C'est un des principes que nous appliquons de manière très conséquente.

Quels sont vos projets pour le futur?
Il y a des sujets que j'aimerais approfondir. Et il y a notre vie privée, un peu délaissée à cause de notre indépendence, j'aimerais l'intensifier. Et nous aimerions nous engager à des activités non lucratives et investir de l'énergie et du temps dans les relations avec nos amis.

Chers Nicole Veser et Christian Leschzyk, merci de nous avoir accordé cet entretien enrichissant et nous vous souhaitons beaucoup de succès pour les années à venirerhin viel Erfolg!

www.stilgerecht.ch

Zoë Bee, blogeuse, présidente, enseignante princip...
Elisa Viveros, blogeuse, membre du comité

Articles en relation

 

Commentaires

Pas encore de commentaire
Guest
lundi 20 novembre 2017